La forêtHistorique de l'organisation forestière en France

Organisation forestière

L’ordonnance de Colbert signée par Louis XIV en 1669 instruit sur le plan national :

  • le règlement des adjudications et exploitations forestières ;
  • la police des forêts et les peines encourues ;
  • l’exercice des droits des usagers.

Cette réforme importante du système de gestion vise au premier chef la production de bois pour la marine nationale et ne sera appliquée en Béarn qu’en 1726 !

En fait, jusque vers les années 1750, ce sont les “députés des marques” et «les jurats» de Monein qui décident de l’exploitation des boscs : coupes de bois, “glandages”, ramassage des fougères. Par souci de prévention les coupes de bois de chauffage sont alors parcimonieuses et ne s’adressent qu’aux arbres morts.

Les coupes importantes concernent principalement les réparations ou constructions de moulins et de bâtiments communautaires : la charpente et la couverture de l’église et la halle en bois depuis 1547. Le patrimoine forestier est précieux et jalousement préservé. Les délits de pâturage et vols de bois sont néanmoins fréquents du fait d’une surveillance peu organisée.

Sous l’influence et l’autorité croissantes de l’Administration des Eaux et Forêts, la mise en défens “vétés” (interdiction d’exploitation et de pâturage pendant 10 à 15 ans) et le reboisement ou “complantations” de certains cantons sont planifiés à partir de 1724. Ainsi en 1728, on a planté des chênes «cassous» protégés d’aubépine (contre la dent du gibier ou du bétail) au bois du Saüt qui devint alors “vété” durant plusieurs années. Certaines délibérations indiquent alors précisément les modalités de plantation : “que cau caussar et embrouquissar los cassous, touts, en bon païs de famillo” (1786-1788).

Cette ordonnance ne sera remplacée par un nouveau code adaptant ces dispositions aux nouvelles institutions politiques et juridiques que le 31 mai 1827, sous l’autorité de Charles X.
Jusqu’au début du 20° siècle le bois était dans la région une des principales richesses ; il servait avant tout à la construction, à la cuisson des aliments et au chauffage domestique et occupait de nombreux corps de métiers : charpentiers, menuisiers, ébénistes, scieurs, débardeurs, charrons, charbonniers, forgerons, fourniers, sabotiers etc.

Mairie de Monein - Place Henri Lacabanne 64360 Monein - Tél. : +33(0)5 59 21 30 06 Contact

Du lundi au jeudi : de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 17h30
Le vendredi : de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 17h00